Incarner un voyageur historique grâce à Ubisoft

#voyager #histoire #assassinscreed

Un premier aperçu de l’Egypte ancienne et de la Grèce antique © Ubisoft

24/05/2020

6 min de lecture

Dans cet article, que je classerais « hors-série », j’aimerais mettre en avant une série de jeu de société qui vaut le détour et qui est devenu mon jeu fétiche : Assassin’s Creed d’Ubisoft. Au-delà de l’aspect action du jeu, c’est surtout l’aventure historique offerte par ce jeu qui fait de lui mon coup de cœur. Ce sont en particulier les deux derniers opus qui m’intéressent ici, centrés sur les périodes antiques, et je vais vite expliquer pourquoi ils se détachent du lot et offrent un renouveau à la franchise Assassin’s Creed.

Incarner un assassin historique

Avant d’entrer dans le détail des qualités de ce jeu, je tiens à préciser que je ne suis pas une grande « gameuse » et que je n’ai que quelques années de pratique. Je n’ai pas été une enfant à jeux vidéos et j’ai attendu mes années d’école d’ingénieurs pour découvrir des jeux variés comme Watch Dogs, GTA, Far Cry ou Mario Kart. C’est après une très bonne expérience avec l’un des jeux Assassin’s Creed que je me suis lancée dans l’achat de ma première console (PS4) et, grand coup de chance pour moi, le dernier opus sorti à l’époque : Assassin’s Creed Origins. Mais de quoi parle « Assassin’s Creed » ? Lancé depuis 2007, il s’agit d’une série de 12 jeux principaux et 11 jeux secondaires, réalisée par le leader français Ubisoft. Dans Assassin’s Creed, on suit une société, Abstergo, qui a mis en place une machine nommée « Animus ». Cette technologie est capable de faire revivre, à la personne qui est dans la machine, les souvenirs et la vie de personnes ayant vécu dans le passé à partir de fragments d’ADN. On se retrouve ainsi à vivre les aventures d’un personnage situé dans une période historique donnée. Un personnage qui se trouve être à chaque fois un assassin de la confrérie des Assassins, se battant pour la liberté face à une organisation mystérieuse prônant l’ordre, les Templiers. En parallèle à cette trame scénaristique, les Assassins et Templiers sont à la recherche de reliques et objets magiques de la première civilisation, les Isus.
Un aperçu des différents opus d’Assassin’s Creed © Ubisoft
En tant que joueur, on évolue donc dans un monde ouvert, où l’on peut aller dans tous les endroits souhaités. Le jeu est d’ailleurs basé sur le principe de parkour, une discipline de sport consistant à franchir des obstacles urbains de façon acrobatique et rapide. Cela permet une grande facilité de déplacement : un bâtiment vous gène ? Vous n’avez qu’à l’escalader ! En incarnant cet assassin, le joueur a ainsi une liste de cibles à débusquer et tuer pour découvrir qui se trouve à la tête de l’organisation secrète des Templiers. Chaque édition du jeu apporte ses nouveautés en terme de gameplay (façon de jouer), avec des fonctionnalités diverses comme des batailles navales, des bons historiques, et même de la coopération en ligne.  

De l’Egypte ancienne à la Grèce antique

Mais au delà de la trame d’action d’Assassin’s Creed, ce qui m’y intéresse réellement, c’est le monde historique que l’on peut découvrir et parcourir librement. Car la plus grande force de ce jeu, c’est tout l’univers des décors et des lieux qui a été travaillé et développé avec soins. Les deux derniers opus portent une grande évolution sur la saga Assassin’s Creed en terme d’univers. En effet, Assassin’s Creed Origins nous plonge dans l’Egypte ancienne et Assassin’s Creed Odyssey dans la Grèce antique, en y développant des mondes très vastes. Ces deux jeux marquent un réel changement avec les épisodes précédents où les régions déployées étaient soit beaucoup plus limitées soit uniquement basées sur des capitales. Mais avec Origins et Odyssey, c’est tout un pays que l’on peut traverser de long en large, respectivement l’Egypte et la Grèce. On peut y visiter les nombreuses sous-régions, qui sont toutes très variées géographiquement, et visiter les villes et villages historiques.
Un léger palmarès des paysages qu’il est possible de visiter dans Assassin’s Creed Origins et Odyssey © Ubisoft

Évoluer dans ces deux jeux vidéos permet de découvrir en profondeur le quotidien de l’époque égyptienne et grecque. Le fait d’être dans un monde ouvert, où les mouvements du joueur sont libres, permet de parcourir à son rythme la période historique en question. Mais tous ces univers sont surtout marquants par leur authenticité. Les équipes des studios Ubisoft réalisent de nombreuses recherches et travaillent avec des historiens pour pouvoir illustrer le plus correctement possible chaque époque historique. Ces recherches et applications dans le jeu sont si travaillés que Ubisoft a mis en place une nouvelle fonctionnalité, le «Discovery Tour ». Ce mode du jeu, semblable à un musée à ciel ouvert, enlève toute la partie narration et action d’Assassin’s Creed, pour mettre à disposition des informations historiques. Le monde du jeu est toujours ouvert et libre, et permet ainsi au joueur de lire et écouter les différentes recherches réalisées, le tout accompagné de documents d’archives qui ont permis d’aboutir au jeu.

Concernant les personnages, la série de jeux Assassin’s Creed s’appuie évidemment sur son univers pour y intégrer des personnages historiques. Cela fait partie de l’attractivité du jeu que de pouvoir retrouver des personnes emblématique au fil de l’expérience. On rencontrera ainsi Cléopâtre et Jules César dans Origins, et Périclès, Hérodote ou Socrate dans Odyssey. Il est à noter que les créateurs du jeu se permettent volontairement quelques accrocs historiques pour pouvoir faire apparaître toutes ces figures sur une même période. Assassin’s Creed n’est après tout qu’un jeu et non pas un traité d’histoire 100% véridique, même s’il s’appuie sur des recherches précises.

De même, puisque les univers de ces deux jeux sont l’Egypte ancienne et la Grèce antique, la mythologie a aussi sa place. Dans le cadre du récit des jeux, les divinités et monstres mythologiques font partie de simulations et d’hologrammes, dus aux Isus. C’est le contour intéressant de la saga Assassin’s Creed, toutes les actions qui se passent dans le passé historique, grâce à la machine Animus, sont réelles, alors que les actions contemporaines ou liées aux Isus, sont fictives. Les équipes d’Ubisoft jouent ainsi sur un fond historique basé sur des recherches, mais se permettent toute la liberté possible avec l’univers contemporain. Cela leur permet, pour en revenir aux éléments mythologiques, de développer les croyances et mythes des époques historiques développées. Un bel avantage, qui permet aux joueurs de pouvoir affronter, entre autres, Medusa ou Anubis !

Quelques unes des figures emblématiques à croiser dans le jeu, qu’elles soient réelles ou mythiques © Ubisoft

Les prochaines histoires à découvrir

Ces deux opus d’Assassin’s Creed, Origins et Odyssey, sont de jolies prouesses techniques qui permettent une belle fluidité de jeu qui est très très appréciable. Tout est à parier que les studios d’Ubisoft vont continuer dans cette lancée avec le prochain jeu à paraître fin 2020 : Assassin’s Creed Valhalla. Ce nouvel épisode permettra aux joueurs d’explorer une nouvelle ère historique, celle des vikings et de leurs invasions sur les îles Britanniques. À l’heure où je rédige ces lignes, le jeu vidéo a été annoncé avec uniquement quelques informations principales, sans détails complets. Ne voulant pas me faire gâcher le plaisir de découvrir le jeu, je ne cherche pas à avoir toutes les informations dès maintenant. Mais si cela vous intéresse, vous pouvez en savoir plus sur le site officiel du jeu. Ce que j’attends de ce nouvel épisode, c’est de pouvoir découvrir une époque historique que je ne connais réellement pas et de retrouver les éléments clés des jeux actuels. J’ai hâte de découvrir les différents paysages nordiques, qu’il s’agisse de plaines britanniques ou de glaciers scandinaves, grâce aux fameux « point d’observation » situés en hauteur. Depuis ceux-ci, le joueur peut ainsi observer tout l’horizon du paysage et découvrir le travail extraordinaire des artistes d’Ubisoft. L’avantage de cette saga de jeu, vous l’aurez compris, c’est de développer des mondes ouverts basés sur des périodes historiques. Et en terme d’histoire et de lieu, les possibilités sont encore larges pour le développeur français Ubisoft. J’irais bien découvrir les samouraïs et autres guerriers le long de la grande muraille de Chine, ou encore apprendre les rites des peuples Mayas, Aztèques et Incas en Amérique du Sud. Mais avant de me projeter vers d’autres univers historiques, je vais déjà attendre sagement de découvrir les vikings de Valhalla !
Les premières images dévoilées du prochain opus, Assassin’s Creed Valhalla © Ubisoft

Conclusion

Vous l’aurez compris, je suis totalement tombée sous le charme des derniers jeux Assassin’s Creed et des mondes qu’ils nous offrent à découvrir. Dans cet article, j’ai essayé de me concentrer surtout sur la partie historique mise en avant dans les jeux. Mais il y aurait bien plus à raconter, qu’il s’agisse des évolutions de gameplays, des améliorations techniques, ou encore ces petits détails qui améliorent l’expérience d’un jeu à l’autre. Cela pourrait être un bruitage donné, une information visuelle à l’écran ou une vibration de manette au bon moment. Tout cela fera peut être l’objet d’un prochain article, qui sait… En attendant, je vous conseille d’aller découvrir cet univers. Pour la petite anecdote, j’ai même réussi à y initier ma mère !

Pour aller plus loin

Si je vous ai convaincu avec cet article sur la saga de jeux vidéos « Assassin’s Creed », et que vous souhaitez en savoir plus, voici quelques liens qui pourront vous intéresser !

Articles récents parus sur le blog

PDN21 – Devenir designer

PDN21 – Devenir designer

Retour sur la conférence du Printemps du Numérique où l’on a discuté des différents chemins pour devenir designer.

PDN21 – Les métiers de la création et du design

PDN21 – Les métiers de la création et du design

Synthèse de la présentation des facettes du métier de designer réalisé lors de la conférence du Printemps du Numérique.