Le prince des dragons - Une relève pour Avatar ?

#princedesdragons #netflix #nouvelavantar

Un avant goût des paysages qui vous attendent © Wonderstorm

04/10/2020

7 min de lecture

Dans le cadre de mon article précédent, dédié à trois de mes coups de cœurs en terme de séries animées sur Netflix (que vous pouvez retrouver ici),  voici les détails sur la série « Le prince des dragons ». Potentiellement une belle releve pour la série icônique « Avatar : dernier maitre de l’air » !

La série

La série animée « Le prince des dragons » (ou « Dragon Prince » en version originale) sort directement de l’imagination de Justin RICHMOND et Aaron EHASZ. Ce dernier est notamment le créateur de l’excellente série « Avatar : Le dernier maître de l’air » qui aura certainement un article dédié sur ce blog. Mais revenons-en à la série du jour, qui a été produite par le studio Wonderstorm, fondé pour l’occasion par Aaron EHASZ, Justin RICHMOND et Justin SANTISTEVAN en 2017. L’animation est signée par le studio Bardel Entertainment, qui a déjà réalisé de nombreuses animations comme les séries Teen Titans Go! et Rick et Morty, ou encore le film Anastasia. La série compte actuellement 3 saisons de 9 épisodes de chacunes et on peut la découvrir depuis 2018 sur la plateforme Netflix.

L'histoire

L’univers de la série « Le prince des dragons » se situe dans un monde fantastique, aux airs moyen-âgeux, avec évidemment une grande part de magie. Une magie primitive basée sur six éléments primordiaux, le ciel, les étoiles, l’océan, la terre, le soleil et la lune. Ce continent était autrefois une terre commune pour les elfes et les humains. Mais depuis que ces derniers se sont appropriés les mystères de la magie noire, le continent est scindé par les deux peuples en guerre : d’un côté la terre des hommes et de l’autre celle des elfes, Xadia, remplie de magie et surtout de dragons protecteurs.

La série se plonge dans cet univers et se concentre sur la mort récente de Tonnerre, le roi des dragons, tué par Harrow, l’un des rois des peuples humains, et Viren son bras droit, et qui ont, par la même occasion, fait disparaître l’œuf du dragon (je vous simplifie l’histoire et vous évite plusieurs détails). Nous suivons alors Rayla, une elfe qui a pour mission de se venger de cette tragédie et par conséquent tuer le roi et son fils. De cette mission s’en conclut d’une rencontre avec Ezran, le fils du roi, et Callum son demi-frère. Sans oublier la découverte qui va changer radicalement la mission : l’œuf dragon n’a pas été détruit mais uniquement volé. Rayla, Callum et Ezran partent alors vers Xadia pour y ramener la paix et rapporter l’œuf à sa mère dragone.

Bande annonce officielle en français © Wonderstorm

Les personnages

La série comporte énormément de personnages et je ne vais pas tous vous les lister ici, au risque de vous perdre et de vous couper l’envie de voir « Le prince des dragons » ! Mais je vais évidemment présenter les personnages les plus principaux, à commencer par Rayla ! Cette elfe est à la tête du groupe aventureux et les guide à travers Xadia. Elle se bat pour le bien et la justice, en prenant des décisions difficiles, beaucoup portées par sa propre histoire personnelle que l’on découvre au fil des épisodes. Elle accompagne ainsi Callum, le fils adoptif du roi Harrow. C’est un grand-frère attentionné qui cherche à protéger son demi-frère Ezran, mais qui reste un adolescent comme les autres. Il est drôle (souvent malgré lui) et surtout très curieux de la magie primitive qu’il vient de découvrir depuis ses aventures avec Rayla. De l’autre côté, Ezran a tout du petit-frère, très vif et surtout un grand cœur pur. Au fil de la série, on découvre son lien fort avec les animaux, et il passe du petit rigolo au prince qui devra devenir roi et maintenir la paix que ces héros tentent d’apport. Ezran agit de la façon la plus juste et en privilégiant la non violence. Face à ce trio, nous retrouvons Soren et Claudia, le fils et la fille de Viren, le bras droit du roi Harrow. Soren et Claudia partent à la recherche du trio pour les ramener au château, mais surtout récupérer l’œuf de dragon. Car élément clé que je vous gardais pour la fin, Viren est le grand méchant de l’histoire, lui qui manipule la magie noire depuis des années.

Vous l’aurez compris, les personnages sont nombreux et l’histoire de la série « Le prince des dragons » est réellement dense, une vraie histoire de fantaisie ! Mais le récit a du sens grâce au développement des personnages, quels qu’ils soient. On notera aussi une grande diversité, de part les origines et séxualités des personnages, mais aussi l’intégration de personnages handicapés, avec le générale Amaya, la tante sourde et muettes des princes. Et puis surtout, des personnages féminins sont puissants et « badass », que ça soit du côté des humains ou des elfes magiques.

L'ensemble des personnages principaux, mêlant humains et êtres fantastiques

Une équipe, forte et soudée, en route pour Xadia © Wonderstorm

Le design et les animations

En terme de design, on n’est pas par contre sur la meilleure série visuelle qui soit. La série « Le prince des dragons » est réalisée en grande partie en 3D, avec une superposition de peinture digitale 2D pour rendre le rendu moins synthétique, ce qui n’est pas réellement une réussite à mon goût. Par ailleurs, l’animation de la première saison est particulièrement saccadée, car elle compte moins d’image par seconde qu’une animation classique. Un élément que je ne suis pas la seule à ne pas avoir apprécié, puisque la production a augmenté la cadence et la fluidité dans les saisons suivantes suite aux demandes des spectateurs.

Mais si on laisse de côté l’animation en elle même, on découvre de très beaux décors grâce à l’univers fantastique qui s’y prête très bien. Le continent où se déroule l’action est si large que géographiquement on retrouve tous les climats, des champs aux montagnes neigeuses en passant par les étendues de forêt, et chacun d’entre eux magnifiquements illustré grâce à des peintures digitales. La partie remplie de magie, Xadia, est particulièrement marquante par ses paysages poétiques et féériques. Si vous souhaitez en savoir plus sur la réalisation des décors, je vous conseille la vidéo d’explication officielle : The Dragon Prince Behind-The-Scenes | Show Environments.

Dans la même lignée que les décors, le design des personnages est très travaillé. Tout au long de la série, on rencontre différents peuples, humains ou elfiques, et chacun porte sa propre identité. Cela va se traduire par des traits physiques, mais surtout par les costumes. Chaque peuple humain est distingué par un écusson, portant la plupart du temps un animal et un duo de couleur. Du côté des peuples elfiques, leur distinction suit celle des éléments primordiaux (le ciel, les étoiles, l’océan, la terre, le soleil et la lune). Puisque les elfes puisent sa magie dans leur élément, chacun d’eux représente son élément. Certains des elfes du ciel auront ainsi des ailes, les elfes du soleil seront capable de passer au travers du feux ou les elfes de la nuit pourront devenir presque invisible par temps de pleine lune. C’est une richesse graphique qui se ressent énormément sur les costumes et les objets utilisés par les personnages.

Les vilains de l'histoire, avec leur grand rôle à jouer

La « team méchants » avec Soren, Viren et Claudia © Wonderstorm

La bande son et le doublage

Au niveau de la bande son, on retrouve une musique assez attendue et habituelle dans le genre fantastique. La musique est principalement classique, à base d’instruments à cordes, avec évidemment une grande influence celtique, qui ramène un esprit féérique. Pour cela, d’anciens instruments ethniques ont étés utilisés pour apporter une plus grande profondeur. La musique accompagne entièrement le récit épique, et l’enregistrement d’instruments réels, et non l’usage entièrement digital, permet de ressentir une plus grande puissance musicale. Vous pouvez découvrir les images des enregistrements musicaux sur la vidéo officielle : The Dragon Prince | Behind The Music.

Au niveau des doublages, je regarde les séries et films d’animation en version française, car le jeu de doublage est souvent très bon et se prête très facilement à l’animation. Je ne parlerais donc pas des doubleurs originaux, que je connais très peu, mais des doubleurs français, car on n’a quand même quelques beaux noms du doublage dans cette série ! Parmi les doubleurs les plus prolifiques dans l’animation, on retrouve Emmanuel Curtil (L’âge de glace, Anastasia), Fanny Bloc (Wakfu), Daniel Njo Lobé (Cyborg dans les animations de comics DC), Dorothée Pousséo (She-Ra, Les mondes de Ralph) et Christophe Lemoine (Flash chez DC et Joe dans Les Dalton).

À retenir sur la série

La série « Le prince des dragons » fait partie de mes coups de cœur grâce à son histoire et son univers. Je ne suis pas une grande fan des univers fantastiques, même si j’en reste bon public. Mais cette série a su porter un récit haletant et plein de mystère. À la fin de chaque épisode, on attend impatiemment de découvrir la suite de l’histoire et ses rebondissements. Malgré leur durée classique de 20 minutes, les épisodes sont assez intenses, surtout sur les dernières saisons. Le contrecoup de ce rythme est malheureusement le manque de lisibilité sur la chronologie de la série. Beaucoup d’événements se suivent et s’entremêlent avec des flashback, ce qui rend complexe de fixer précisément une frise chronologie.

Et pour cause, un premier arc de l’univers est bouclé par ces 3 saisons, mais deux arcs supplémentaires sont prévus, chacun de deux saisons. J’ai espoir d’y découvrir les grands mystères restants et de rencontrer les peuples elfiques qui n’ont pu être développés. Je vous conseille d’ailleurs de regarder les génériques de fin jusqu’au bout. Vous y découvrirez des dessins de petites scénettes en lien avec l’épisode, et parfois même des indices sur la suite du récit.

Le deux personnages principaux, les frères princes

Une belle complicité de frères, jalousée par le compagnon Batrapa ? © Wonderstorm

Quant aux personnages, ils sont des plus attachants ! Ils sont assez divers pour qu’on puisse se projeter au moins sur l’un deux. Ils ont chacun leurs forces et leurs faiblesses, et la série se joue de ses personnages pour les rendre plus réalistes. Mon petit coup de cœur reste sur Batrapa, le crapaud luminescent du prince Ezran. Il joue parfaitement le rôle de la mascotte que l’on retrouve dans les récits animés, en communiquant par ses expressions faciales très marquées et ses changements de couleurs à chaque émotions. 

Mais est-ce que cette nouvelle série « Le prince des dragons » est à la hauteur de la série animée « Avatar : le dernier maître de l’air » ? Pour moi, c’est totalement le cas ! Les similarité avec cette série est assez flagrante malgré les univers différents (ici le fantastique, chez « Avatar » un monde asiatique traditionnel). Il y a autant d’aventure que de personnages profond, et je vous garantie que vous passerez un excellent moment en visionnant cette série « Le prince des dragons ».

Je vous ai convaincu ? Retrouvez la série sur le site officiel de Netflix !

Pour aller plus loin

Si je vous ai convaincu avec cet article sur Le prince des dragons, et que vous souhaitez en savoir plus, voici quelques liens qui pourront vous intéresser !

  • [EN] The Dragon Prince Wiki – Une encyclopédie Wikipedia dédiée à la série : pleine de ressources, d’informations et de visuels sur « Le prince des dragons »
  • [EN] The Dragon Prince – Bardel Entertainment – La page dédiée à la série du studio d’animation, montrant notamment les phases de création 

Articles récents parus sur le blog

PDN21 – Devenir designer

PDN21 – Devenir designer

Retour sur la conférence du Printemps du Numérique où l’on a discuté des différents chemins pour devenir designer.

PDN21 – Les métiers de la création et du design

PDN21 – Les métiers de la création et du design

Synthèse de la présentation des facettes du métier de designer réalisé lors de la conférence du Printemps du Numérique.